lundi 10 août 2009

Toujours... jamais...


Pourquoi donc ai-je si mal encore ce soir ?
Quelle est cette peur qui me hante depuis hier ?
D'où vient cette angoisse qui s'installe ?

Il n'y a pourtant plus rien à craindre pour lui.
Quant à moi, il ne peut rien m'arriver de pire.

À bien y penser, il est possible que tout cela soit lié à ces deux mots que se promettent les amoureux : « toujours » et « jamais » ; toujours t'aimer, ne jamais t'oublier.

Toujours l'aimer, oui, je le veux et j'y crois ! Mais j'ai terriblement peur de ce tout ce à quoi il faudra dire « jamais ! » ou « jamais plus ! ».

8 commentaires:

Beo a dit…

Tu sais cher Alcib, la majorité des deuils très importants pour moi; j'en ai eu pour une année avant de m'en remettre....

Alcib a dit…

Béo : Un an ? Je ne sais pas si je pourrai tenir jusque-là.
Et en même temps, je sais que je ne m'en remettrai jamais ; il me manquera pour le reste de ma vie, quelle que soit la durée de cette vie.
Je sais bien que c'est un privilège immense d'aimer quelqu'un d'aussi exceptionnel et, surtout, d'en être aimé. Je sais bien aussi que les privilèges et l'exception ont leur prix ; Alexander, mieux que quiconque, je crois, le savait si bien aussi.

Beo a dit…

Un an oui, mais à différents degrés de peine. Tant que t'auras pas fait le tour des anniversaires.. de chaque moments spéciaux- il risque d'y en avoir des masses-!

Sinon, les jours ou tu iras bien seront de plus en plus fréquents durant cette période.

Alcib a dit…

Béo : Oui, je sais bien que chaque jour pourrait être un anniversaire car chaque jour de la dernière année a été tellement marqué de l'amour d'Alexander. J'ai tellement de dates en tête, toutes marquées de souvenirs précis, que je n'ai pas besoin de relire notre correspondance et nos conversations pour me souvenir de bien des choses ; je sais toutefois que lorsque j'aurai le courage de tout relire, je retrouverai encore des milliers de détails.

Je ne sais pas où était passé ton commentaire : je le trouve presque 24 heures après ton envoi.

Beo a dit…

il s'est probablement accroché aux perséïdes en traversant l'océan ;)

Alcib a dit…

Je regrette de ne pas avoir trouvé plus tôt cette image de l'ourson violet avec l'ourson rose. Alexander en aurait été tellement touché, à cause des oursons, bien sûr, mais aussi à cause de l'importance de de ces deux couleurs entre nous.

Au-delà des nuages se trouve mon monde! a dit…

« toujours » et « jamais » ; toujours t'aimer, ne jamais t'oublier.


Mon Dieu!Quels beaux mots!
Je suis très impressionnée!
Si je pense un peu ,si le temps me permet,je lirai tout ce que tu as écrit !
Félicitations pour tout!

Alcib a dit…

Au-delà des nuages... : Merci.