samedi 31 octobre 2009

Halloween


Qui, parmi vous, aura célébré Halloween ?

Enfant, je ne me souviens pas vraiment m'être costumé pour aller de porte en porte demander des bonbons ; j'ai dû le faire au moins une fois ou deux mais je n'en ai pas gardé le souvenir. Adulte, il m'est arrivé une fois de me costumer et d'accompagner des amis qui insistaient pour que je participe à une grande fête. Je dois dire que je m'étais beaucoup amusé. Mon personnage intriguait : les gens voulaient savoir qui se cachait derrière le masque qui ressemblait à celui de Léo Ferré, avec de longs cheveux blancs. J'avais ajouté une pipe. Sous mon costume de ville noir, un peu trop grand, avec chemise blanche et cravate, je faisais un beau vieux philosophe avec un air coquin... C'était... il y a longtemps. Récemment, je parlais à quelqu'un que je croise dans le quartier depuis des années sans savoir exactement qui il est ; nous nous sommes présentés. Quand il m'a donné le nom de la rue qu'il habite, je lui ai mentionné qu'avec des amis, nous étions allés terminer la fête chez quelqu'un qui habitait cette rue. « Ah, vous étiez là ? », m'a-t-il demandé. C'était donc chez lui que la fête s'était terminée. J'aurais été incapable de le reconnaître.

Depuis deux ou trois jours, on croise dans les rues du quartier, le soir et la nuit surtout, beaucoup de jeunes et de moins jeunes costumés, certains avec beaucoup d'imagination et d'habileté. Je crois que la majorité sont des étudiants pour qui toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête.

Alexander a toujours aimé Halloween. Enfant déjà, il aimait préparer les décorations, découper dans du papier les fantômes, les sorcières, les chats noirs, creuser les citrouilles pour y mettre les bougies. Pour les enfants, comme pour les grands, la préparation fait déjà partie de la fête. Il a souvent célébré cette fête avec son frère Charles chez Jane, à la campagne.

L'an dernier, il avait très généreusement décoré son appartement, avec les citrouilles et les bougies, évidemment, les innombrables toiles d'araignées, les nombreuses silhouettes noires, etc. Il avait planifié un repas de circonstance et prévu les costumes, y compris pour Alexander bull. Il devait faire la fête avec Abigail, sa voisine et amie. Hélas, il est entré à l'hôpital la veille. Abigail aura beaucoup pleuré ; elle sera tout de même allée allumer toutes les bougies de l'appartement et de la terrasse. Cette année, pour ne pas sentir trop douloureusement la solitude, l'absence de son merveilleux petit voisin, Abigail est partie chez ses enfants ; elle fêtera Halloween avec eux et ses petits enfants.

Même si le coeur n'y est pas, Jane aura organisé chez elle une fête pour les enfants du village. Plusieurs d'entre eux sont venus quelques jours plus tôt pour aider à décorer la salle. Même Alexander bull aura son costume. Jane lui a fait confectionner une jolie cape noire doublée de rouge, qu'il portera avec des cornes rouges. Ce chien a vraiment le sens de la fête.

Quelqu'un venu pour voir les chevaux a été séduit par Alexander bull et a proposé de l'acheter. En l'absence de Jane, un palefrenier lui a répondu que ce chien n'était pas à vendre ; il a insisté en disant qu'il était prêt à offrir un bon prix. Le palefrenier lui a répété que ce chien ne serait jamais à vendre. Heureusement pour lui, sans doute, le « client » n'a pas eu l'occasion de faire directement à Jane cette proposition car je ne sais pas quelle réponse il aurait reçu. Vouloir acheter Alexander bull, c'est comme si quelqu'un venait chez vous et voulait acheter votre fils préféré. J'ai moi-même été très choqué d'apprendre cette histoire. Heureusement qu'Alexander bull n'a pas entendu cette proposition malhonnête car il aurait été malade... ou très en colère.

Quand il est allé chercher Alexander bull chez son éleveur, Alexander avait créé un blogue pour parler de son ami, pour raconter son évolution. Entre eux, c'était une profonde amitié, mais une amitié passionnée. Un jour, Alexander a découvert que l'on utilisait ses photos sur d'autres sites, sans indiquer la provenance des images. Il a décidé de fermer le blogue quand il a vu que non seulement on utilisait ses photos mais qu'en plus son ami Alexander bull était présenté comme une fille. « Je n'ai pas raconté cette histoire à Alexander bull, disait-il, car vraiment il aurait été malade. »

Quant à moi, je ne me suis pas costumé. J'ai plutôt accepté l'invitation d'un ami, Marcel Pomerlo, qui a signé la mise en scène d'un spectacle écrit et interprété par Catherine Dajczman, « PASSAGES », à l'Espace Go. C'est une production du Théâtre NU.

Voici ce qu'écrit dans le programme Marcel Pomerlo, comédien, auteur, au sujet du récit qu'il a mis en scène :
« Où vas-tu avec ton chagrin, ton passé, tes espoirs, ta violence et tes secrets ?
Où allons-nous ? Qui sommes-nous véritablement ? Que cherchons-nous ?
Et à quoi rêve-t-on ?
PASSAGES de Catherine Dajczman raconte une histoire.
PASSAGES pose toutes ces questions.
Avec ludisme, humour, souffle, folie, gravité, lucidité, audace, fébrilité et sensibilité... PASSAGES nous remet en question. »


Je suis en effet sorti de ce spectacle avec des questions, de bonnes questions, pas forcément des réponses. Dans son ensemble, ce récit de Catherine Dajczman, à caractère autobiographique, m'a rappelé un très beau spectacle écrit et interprété par Marcel Pomerlo, L'Inoublié.

La Lune était magnifique ! Très impressionnante dans le ciel de nuit, elle devait souvent percer de gros nuages. Même derrière les nuages, sa présence était bien sensible. C'est une véritable nuit d'automne et l'on ne serait pas surpris de voir sortir les loups-garous. Alexander serait heureux. J'espère qu'il l'est.

9 commentaires:

V à l'Ouest a dit…

Ici en France, il y a eu une tentative il y a quelques années pour imposer Halloween. J'avais même accompagné les filles d'amis dans leur quête de sucreries. Mais comme c'était purement commercial et pas culturel, c'est en train de mourir de sa belle mort. Et c'est tant mieux, cela n'a pas de sens ici. La seule tradition qui perdure, c'est celle de la Toussaint: nous allons rendre visite à nos morts et déposer sur leur tombe un pot de chrysanthèmes.

Beo a dit…

Je ne décore même plus pour l'Halloween depuis 2 ans. C'est vraiment pas pareil par ici alors, autant ne rien faire.

Alcib a dit…

Gilles : Non, je regrette, je ne mettrai pas sur le blogue un lien pour vous faire vendre des sacs à main et, par conséquent, je ne publierai pas votre offre de partenariat commercial sous forme de commentaire. Si vous avez lu une seule ligne de ce blogue, vous avez dû comprendre qu'il n'a rien de mercantile.

Alcib a dit…

V à l'Ouest : Au Québec francophone non plus, ce n'est pas une fête qui a pris beaucoup d'importance. Dans la région de Montréal, c'est un peu plus important, sous l'influence des communautés anglophones.
Pourtant, en Bretagne, c'est une fête qui devrait vous être familière car elle serait, dit-on, d'origine celtique.
Je vais rédiger un petit article sur la Toussaint.

Alcib a dit…

Béo : Comme j'habite au sixième étage, il y a très longtemps que je n'ai pas vu les petits monstres monter chez moi. Il y a quelques années, j'avais des voisins qui avaient des enfants ; les parents des premiers étages mettaient des citrouilles aux fenêtres et décoraient un peu. Des enfants sonnaient à la porte et faisaient le tour de l'immeuble. Maintenant, plus rien. J'aurais aimé fêter avec Alexander mais à Montréal, je ne connais personne qui fasse quoi que ce soit.

RPL a dit…

Je me demande si c'est le lieu et le temps de raconter une petite anecdote amusante...

Un soir d'Halloween, voilà 5 ou 6 ans de ça, je promenais Victor, mon petit chien, qui avait l'habitude de japper à la vue de tout ce qui lui faisait peur, et mêmes des statues ! Or donc, je le promène le dit soir du 31 octobre, on marche sur le boulevard de Maisonneuve quand une voiture s'arrête près de nous, et en sort, côté passager, une immense marquise de Pompadour à moustaches qui sacrait comme un charretier parce que la perruque s'accrochait désespérément à la voiture... Victor a confondu le monsieur/dame avec une statue, et a hurlé pour ameuter tout le voisinage ! La marquise en a ri longtemps, et plus elle rigolait en désignant Victor, plus Victor jappait agressivement ! C'était franchement tordant de voir la marquise, mal coiffée, déambulant difficilement, et riant de bon coeur tout en jurant ! ( Y'aurait matière à écrire un livre sur mon chien, et je ferai bien, au moins, quelques billets sur mon blog. Mais la fois où il a jappé avec autorité devant la statue de Félix Leclerc, dans le Parc Lafontaine, restera comme un des ces hauts faits d'armes ! )

À propos de billets, merci Alcib pour la gentillesse coutumière de tes commentaires sur mon blog :-)

Alcib a dit…

RPL : J'aime beaucoup ton anecdote. Ce Victor est décidement un personnage très attachant aussi.
La Pompadour à moustache ? Elle devait être agréable à regarder ! ;o) Je comprends que Victor ait eu besoin de hurler.
Au fond, ce que Victor n'aime pas, c'est peut-être les imposteurs. Il ne veut pas d'une statue ; il veut le personnage réel.

Ce dimanche, j'ai rencontré non pas une marquise de Pompadour mais un petit-fils d'une duchesse au nom très connu que je n'ose pas écrire ici, mais qui était apparentée au prince Philip... C'est étonnant de voir qui sont les gens que l'on croise dans la vie de tous les jours sans trop leur porter attention. Au fil de la conversation, quand on s'intéresse un peu à eux, on découvre des choses charmantes.
Si nous nous en donnions la peine, nous découvririons des univers fascinants.

Je ne suis pas gentil. J'aime simplement ce que tu écris et, parfois, je me reconnais en partie dans tes textes. Merci.

V à l'Ouest a dit…

J'ai bien ri en visualisant la marquise de Pompadour à moustache sacrant comme un charretier, j'aurais donné cher pour voir ça, RPL !

Alcib a dit…

V à l'Ouest : Le spectacle devait en effet être très amusant.