samedi 4 janvier 2014

Bonne année 2014 !

En dépit de toutes les apparences, je suis encore vivant. Et non, je n'ai pas décidé de mettre fin à ce blogue, et je n'ai pas, non plus, choisi volontairement de le laisser hiberner. L'année 2013 a apporté son lot de difficultés d'ordres divers ; je vous parlerai peut-être bientôt - je dis bien : peut-être - de ce que furent les miennes, mais je ne crois pas que ce soit vraiment intéressant pour les deux lecteurs qui continuent de vérifier si je n'aurais pas publié un nouvel article - je les remercie de leur fidélité. Et pour ceux qui arrivent ici par hasard, c'est le plus souvent le résultat de recherches par mots clés qui les amènent sur certains de mes articles, parfois très anciens. Je les remercie de leur intérêt et, parfois, des courriels qu'ils m'envoient pour poursuivre les échanges sur certains sujets.

Mais ces dernières semaines, notamment, mes ordinateurs sont tombés malades, deux le même jour, et se sont retrouvés aux soins intensifs. Mon technicien et moi avons procédé en privé aux funérailles de l'un d'eux. Le plus ancien est en rémission ; pour combien de temps encore, nul ne peut le prédire. Mon beau-frère anglais (britannique) m'a fait cadeau de l'un des siens qui, heureusement, fonctionne très bien

Les journées ne sont pas assez longues pour accomplir tout ce que j'ai en tête, et ce sentiment d'insatisfaction abrège mes nuits encore davantage, et le manque de sommeil n'est pas très bon pour la productivité. L'écrivain Thomas Mann disait, en réponse à une enquête, que pour bien écrire, il doit avoir assez et bien dormi, ajoutant que si l'on a bien réussi quelque chose un jour où l'on a mal dormi, il faut être assuré que cela ne se produira pas le lendemain, le surlendemain. Moi qui n'ai jamais été un grand ami de Morphée, je sais que j'ai aussi besoin de faire des efforts pour... relaxer et lâcher prise.

Tout cela pour dire que je voudrais bien pouvoir écrire ici plus régulièrement, en partie pour répondre à l'une des dernières demandes d'Alexander, celle de poursuivre la tenue de ce carnet électronique, grâce auquel « quelqu'un » a favorisé notre rencontre, et par la suite celle de certains proches d'Alexander. Si je n'écris pas ici aussi souvent que je le voudrais, Alexander n'est pas absent pour autant : il est présent dans tout ce que je pense, dans chacun de mes mots, chacun de mes gestes. Je le notais ailleurs un peu plus tôt aujourd'hui : quel que soit l'auteur ou le texte que je lise, quelle que soit la musique que j'écoute, quelles que soient les images que je regarde, j'ai le sentiment qu'Alexander les partage avec moi, et cela m'incite à exprimer, spontanément, des commentaires à son intention.

L'année 2013 est terminée et je ne m'en plaindrai pas. Selon ma formidable voisine et amie, médium, astrologue, etc., l'année 2014 sera un peu dans la même veine que 2013, difficile pour les finances, pour les relations, etc. Il faudra attendre 2015 pour que se dissipent ces lourds nuages. Mais ce n'est pas une raison pour laisser 2014 en faire à sa tête. Avec un optimisme que l'on pourrait qualifier d'inconscient et une détermination proche de la témérité, j'ai l'intention que 2014 soit pour moi une bonne année, productive, satisfaisante à bien des égards. Je vous en souhaite autant, à commencer par la santé et la force de choisir, de décider, d'agir, afin que le monde, proche ou lointain, soit un peu meilleur en 2014 qu'il l'aura été en 2013.

Bonne année 2014 !

12 commentaires:

RAnnieB a dit…

Bonne Année Alcib!
Quel bon début d'année que de lire un de tes billets.

Je te souhaite, ainsi qu'à tous tes lecteurs (je suis convaincue que tu en as pas mal plus que 2), une très belle année 2014. Qu'elle soit remplie de santé, de bonheur et de succès.

Prends bien soin de toi. Au plaisir de te revoir en 2014.

Alcib a dit…

Merci, RAnnieB. Ça fait aussi plaisir de constater que quelques fidèles n'ont pas oublié le sentier qui mène à mon Exil.
Je te souhaite, ainsi qu'à tes garçons, petits et grands, une très bonne année, sous le signe de la santé, de l'amour et de la prospérité.

Durant la panne d'ordinateurs, il y a une tonne de courriels qui se sont accumulés (pas tous intéressants, hélas) ; je sais que plusieurs n'ont pas encore reçu de réponse : j'en suis désolé.

De toute façon, je voulais t'écrire. J'espère aussi qu'on se reverra pas trop loin en 2014.
Bonne année encore !
Bises.

patquebec a dit…

Hé bien, que ton optimisme béat puisse prendre le dessus sur les prévisions et que ton année soit satisfaisante à tes yeux, c'est bien le principal. Bonne année Alcib !

Alcib a dit…

Merci, Patquebec. Merci de ta fidélité, de ton commentaire, de tes voeux.
Que 2014 soit pour toi aussi une bonne année, comme celle que tu souhaiterais.

Fuligineuse a dit…

Bonne année à toi, Alcib. Il semble que l'année 2013 ne t'ait pas été très favorable : je te souhaite celle-ci plus clémente !

Alcib a dit…

Merci, Élisabeth-Fuligineuse, de ta fidélité et de tes voeux.
À mon tour, je te souhaite une excellente année 2014.
Je ne suis pas passé souvent sur ton carnet électronique, mais, étant abonné, je lis régulièrement tes articles que je reçois par courriel.
Il semble que tu aies moins écrit aussi, en 2013. Ce qui compte, c'est que tu puisses faire, le plus possible, ce que tu as envie de faire. Je sais que les musées, le cinéma, la littérature, les voyages, la Grèce, le Mexique, comptent beaucoup aussi dans ta vie...

LUX a dit…

Heureux de te revoir fidèle scribe.
La rareté de tes écrits n'altère en rien la qualité de tes messages.
Moi aussi j'ai été assez retiré durant 2013, mais je vais rebondir.
Je te souhaite une année 2014 sereine et nourrissante.
Au plaisir de te lire et de t'écrire à nouveau
LUX

Alcib a dit…

Merci, Lux. J'espère bien pouvoir rester présent et actif dans ces pages.
Je te souhaite aussi une très bonne année 2014, telle que toi-même tu voudrais qu'elle soit.
J'ai bien reçu ton courriel et, avec beaucoup de retard, je te répondrai.
À très bientôt.

Rêve blanc a dit…

Bonne année, Alcib!

J'espère que tu te souviens de moi!

Alcib a dit…

Bonne année à toi aussi, Rêve Blanc !
Bien sûr que je me souviens de toi.
J'espère que tu as trouvé des correspondants plus présents que moi, pour perfectionner ta très bonne connaissance du français.
Un petit séjour en France bientôt ?

Rêve blanc a dit…

Je suis heureuse de lire ce que tu m'as écrit! Merci!

Non, je n'ai pas trouvé de correspondants plus présents que toi pour perfectionner mes connaissances du français. Tu as été le meilleur et je veux te remercier pour tous les messages que tu m'as envoyés.

Même si je n'ai plus discuté avec personne en français, je n'ai pas cessé de l'apprendre et de d'approfondir mes connaissances.
Maintenant, je suis étudiante à la Faculté de Langues Étrangères, section traduction-interprétation (français-allemand)en deuxième année.

Un petit séjour en France? Non, j'ai commencé à aimer la Belgique; la semaine prochaine, je vais partir en Belgique pour étudier à une faculté de Bruxelles pour une période de six mois.

J'espère que tu vas bien. Je continuerai à lire ton blogue.

Bisous.


Alcib a dit…

Non, vraiment, tu n'as pas à me remercier. J'ai été très heureux de te répondre lorsque tu m'écrivais.
Puis, je ne sais plus trop pourquoi, j'ai été moins disponible et j'ai cessé de faire certaines choses que je faisais... même écrire dans ce blogue.
Je suis très heureux de ces bonnes nouvelles. Je suis persuadé que tu seras excellente dans ta profession, car tu aimes vraiment le français, les langues, et en quelques mois, je trouve que tu as fait des progrès incroyables.
L'université, c'est sérieux. Mais maintenant, tu es majeure :o)
La linguistique, la traduction, l'interprétation, ce sont des disciplines qui exigent beaucoup de précision et de souplesse ; c'est tout à fait pour toi, et j'ai très confiance en ta réussite.
Des études à Bruxelles ? Félicitations !
Pas la France ? Ce n'est pas obligatoire. Il y a des gens bien en Belgique aussi :o) Ce sera l'occasion de te faire de nouveaux amis.
Merci encore de ton amitié et de ta fidélité.
Je continuerai de penser à toi et de te souhaiter plein de bonnes choses.