mardi 20 juin 2006

Une situation inquiétante...


Ce matin, dans le métro, je parcourais le journal tout en pestant contre le taux d'humidité de l'air qui nous donne l'impression d'être dans un sauna dont on aurait baissé le chauffage, et contre l'horaire d'été dans les transports en commun qui a pour effet d'augmenter d'une heure à une heure et demie la durée du trajet pour aller au travail, sans compter le nombre de passagers qui s'agglutinent à chaque arrêt et qui essaient de s'engouffrer dans le premier wagon ou dans le premier bus.

Soudain, une nouvelle a attiré mon regard et, l'ayant parcourue, je me suis senti inquiet. Elle concerne la Suisse, mais j'y connais quelques personnes et quand on sait à quelle vitesse se répandent les nouvelles comme les épidémies, je me suis senti inquiet ; ma tension artérielle a augmenté.

Cette nouvelle disait qu'en Suisse, le nombre de mariage a légèrement augmenté l'an dernier (une augmentation de 1,7 %), mais que celui des divorces a bondi de 18,5 %. La dépêche précise que si la tendance se confirme, une union sur deux se soldera par un divorce.

Voilà une nouvelle inquiétante en soi. Mais ce que l'on ne dit pas et qui me semble plus alarmant encore, c'est que chez les couples touchés par le divorce, c'est au moins deux personnes sur deux qui en seront affectées.

9 commentaires:

Henri a dit…

Pas de pbl, le commentaire a été gardé par blogger, le voici ;) Fort logique ton dernier paragraphe lol... Le plus simple est de ne pas se marier, comme ça pas de mariage, pas de divorce et pas de divorce... pas de divorce :)
Quant au métro j'espère que ce n'est pas comme ça tous les jours à Montréal car ça risque de me rappeler Paris.... argh !

Alcib a dit…

Henri, je suis désolé : en voulant publier ton commentaire, Blogger a annoncé un problème et le commentaire a disparu: si tu veux le renvoyer...

Alcib a dit…

Non, Henri, rassure-toi, ce n'est pas toujours comme ça. Mais pour la canicule, il faut s'attendre à l'avoir quelques jours durant l'été, et de plus en plus avec le réchauffement rapide de la planète. En ce qui concerne le taux d'humidité, c'est inévitable : Montréal est une île et avec la chaleur, l'humidité s'accumule et devient vite désagréable.
Pour ler métro, en général, ça va bien ; mais ce matin, c'était le manque de circulation d'air qui était le plus désagréable. Mais pour le bus, on prend vraiment les usagers pour des imbéciles : sous prétexte qu'à compter de la mi-juin, il y a moins d'étudiants qui empruntent les transports en commun, on retire deux bus sur trois : résultats, les honnêtes travailleurs qui, eux, doivent aller travailler tous les jours, même en été, doivent doubler le temps passé dans les transports et à attendre le bus sous la pluie ou sous un soleil de plomb. Sans compter que lorqu'ils arrivent, ces bus sont déjà bondés et qu'impatients, les usagers qui attendent depuis longtemps montent sans payer par la sortie arrière, bloquant le passage à ceux qui essaient désespérément de descendre. Sans blague, je crois que si un jour je devais faire un arrêt cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, ce serait à cause du degré de stress que me causent les déplacements en transport en commun. On a beau se plaindre, on nous écoute avec un sourire stupide, quand on arrive à parler à quelqu'un, mais rien ne se passe. La patience idiote des Québécois qui végètent dans les services publics, véritable vocation du martyre masochiste, m'exaspère au plus haut point !
En France, quand on se plaint du service, on a affaire à un fonctionnaire qui gueule et qui donne l'impression qu'en dénonçant l'inefficacité, on a au moins suscité un échange ; au Québec, on se fait souvent accueillir par un sourire niais qui laisse entendre qu'au bout du compte, il vaudrait mieux économiser sa salive. Quant aux chauffeurs de bus, il vaut mieux rien ne leur reprocher : ils auront toujours raison...
Ai-je l'air d'être de mauvaise humeur ?

Anonyme a dit…

Tiens je l'ai lue aussi, cette nouvelle... elle m'a faite sourire... genre "Youpi, nous sommes tous des pourritures d'humains et nous n'avons mm plus droit à l'amour, bien fait pr nous... 10 contre un que j'y passserai aussi" Ouais bof, c'était le message d'espoir du jour... Bise

Brigetoun a dit…

désolée, moi le dernier paragraphe me semble rien moins qu'évident, il peut se faire que pour l'un des deux ce soit le mariage qui ait été une mini catastrophe et que le divorce soit un soulagement

Anonyme a dit…

Quand nous sommes rentrés de Magog, dimanche, la climatisation ne fonctionnait pas dans le car... ARGH !

On a des statistiques sur le nombre de relations amoureuses qui échouent, mariage ou non ? :-)

Alcib a dit…

Rassure-toi, Little Angel, on parle ici de la Suisse : ce ne sera peut-être pas si grave en France ;o)) Et de toute façon, il ne faut pas confondre mariage et amour ; et si tu te maries, tu pourrais faire partie des 50 % dont le mariage dure (j'ai des amis qui sont mariés depuis plus de vingt ans et qui seront très certainement esemble jusqu'à la fin de leurs jours ; je pense à eux, mais connais bien d'autres...)
Je ne voulais pas vraiment créer d'angoisse en commentant cette nouvelle, mais plutôt faire sourire en me moquant un peu des statistiques,qui ne me font pas toujours rire quand je dois moi-même remplir cinq ou six tableaux de statistiques diverses au sujet des personnes que je rencontre et à qui j'essaie de rendre service. Je rencontre des personnes à qui je donne un service, mais ce qui fait sourire mon patron, ce sont les chiffres que je lui fournis et non des commentaires sur la les qualités de telle ou telle personne, par exemple. Le sourire et la personnalité passent mal dans un tableau Excel.

Je suis tout à fait d'accord, Brigetoun. Un bon divorce vaut mieux qu'un mauvais mariage, parfois.

René, je ne connais pas ce genre de statistiques : j'imagine qu'on les verra apparaître d'ici quelques années, avec le Pacs et les autres formes d'unions qui sont apparues dans plusieurs pays. De toute façon, je refuse d'être une statistiques. C'est toujours la question du verre à moitié vide ou à moitié plein : au pire, je serai à moitié plein...

Beo a dit…

Je m'inquiète pas mal plus du fait qu'une femme sur 5 est battue en Suisse... puis de toutes manières: c'est tellement matérialiste ici que souvent les mariages sont que de l'épate. Evidemment: ça permets de divorcer par la suite et de figurer dans les statistiques. :-D

Anonyme a dit…

inquiétant , hilarant ! que deux personnes sur deux soient affectées par le divorce dans un couple c'est quand même logique (un peu)